Pour l’année 2017, la Clé des Champs inaugure une nouvelle rubrique : un œil averti et réfléchi sur un article, une actualité ou une question socialement vive.

A travers ce premier article, nous vous proposons une analyse du PNNS, Plan National de Nutrition et Santé enrichie par les apports récents de la conférence de Christian Rémezy organisée le 23 janvier dernier.

Bonne lecture !

Le PNNS plan national nutrition santé

Pour les adhérents de la Clé… et les autres, le PNNS est une base qui peut être affinée en suivant les conseils de Christian Rémesy.

Il faut aller plus loin que le PNNS qui s’adresse à des personnes ayant peu de notions sur la nutrition humaine, le rapport à la terre et aux saisons ayant pratiquement disparu et qui pour des raisons essentiellement économiques mangent ce qu’il y a de moins cher en super marché.

L’urgence en santé publique est d’amener ces populations à mieux manger et à faire plus d’exercice pour lutter contre l’épidémie d’obésité. On trouve sur le site PNNS des recettes pas chères et équilibrées.

Sur la page d’accueil pas d’accès direct aux informations sur l’importance des végétaux mais des mises en garde bienvenues sur la modération de l’apport en viandes et poissons, par exemple.

La page sur les huiles indique que de nombreuses huiles sont utilisables pour la friture, or ce n’est pas le cas des huiles de première pression à froid non traitées pour subir de hautes températures et perdre leur goût. L’huile d’olive supporte les hautes températures et apporte des oméga 6 acides gras indispensables avec les oméga 3 (qu’on peut trouver dans l’huile de colza et les poissons gras). L’idéal étant de varier les huiles consommées, toujours de première pression à froid.

Plusieurs portions de laitage par jour sont recommandées, ceci semble inspiré par l’industrie au nom du calcium qu’on trouve en quantité dans…. les végétaux aussi.

Christian Rémesy insiste sur le fait que les calories animales sont des calories vides, vides des nutriments variés qu’on trouve dans les végétaux qui, eux aussi, peuvent apporter les protéines nécessaires si on prépare céréale et légumineuse au même repas par exemple.

A chacun son assiette donc, en modifiant petit à petit son alimentation car les habitudes alimentaires sont les plus difficiles à faire évoluer.

>> Pour aller plus loin